Villers au Bois - 20h30 -

Bonsoir,
 
nous venons ma fille et moi, à l'instant, d'assister à quelque chose d'assez surprenant !
 
        Nous entrons dans le village en voiture, et apercevons sur notre droite dans le caniveau, sous l'éclairage public orangé, ce que nous croyons être un nocturne blessé qui se débat. Ni une ni deux je fais une petite marche arrière, croyant que le choc vient de se produire, j'allume les feux de détresse et m'apprête à porter secours à l'animal.
        Mais, oh stupeur, dans la lueur des phares il y avait là deux oiseaux dans le caniveau, en pleine prise de bec, et de serres !
        Deux Hulottes !
        Après un instant de béatitude, la bouche grande ouverte, (du genre "ferme eut' bouk' tin nez y va ker eud' din" pour ceux qui connaissent leurs classiques) j'ouvre la portière, pour mieux voir (bête instinct humain, car j'y voyais bien tous comptes faits). Un oiseau s'envole alors vers le bois en poussant le cri lugubre que vous connaissez, puis, après un instant d'hésitation les ailes déployées sur le sol, et après m'avoir jeté un regard noir (celui-là va m'en vouloir toute sa vie, car visiblement il avait le dessus), le second mâle* s'envole en criant également.
        Le temps de nous remettre de nos émotions et tout était terminé. Cependant, d'autres cris nous parvenaient tout proche; ils n'étaient pas partis bien loin, et il nous a semblé qu'il y avait d'autres oiseaux présents, tant le nombre de chants venait de directions différentes.
 
        C'est le genre d'observation qui n'arrive qu'une fois dans la vie...
pour ma part ça fera deux avec l'obs d'un Blaireautin coursant un Renardeau l'été dernier.
 
* je dis 2 mâles car nous sommes en pleine période de conquête/défense de territoire, et aussi en pleine période de conquête amoureuse. Et peut-être aussi car il n'y a que les mâles qui se battent ainsi.... ;-))
 
Bonne soirée,
Didier.